03. février 2018 - 21:00
Partager sur:

Aliocha + Bernhari// Bistro Café Summum | Bistro Café Summum | samedi, 03. février 2018

*Réservez votre billet sur le réseau ovation*
*Réservez votre table via bookenda*

-Aliocha-
« Imperfection is in some sort essential to all that we know of life. […] in all things that live there are certain irregularities and deficiencies which are not only signs of life, but sources of beauty. » Si un siècle ne les séparait pas, Aliocha et l’auteur de ces lignes, John Ruskin, parleraient d’une même voix. Puisque c’est bien de cette « humanité » génératrice de beauté dont Aliocha se réclame. Celle-là même qui jaillit des titres de Bob Dylan et d’Eliott Smith, de Lennon et de Nick Drake; une audible et poignante « imperfection » qui en a fait, jeune, un autodidacte fuyant la froideur du standard, le faux brillant du « normalisé ». Connu tôt pour son jeu, sur les planches, puis au petit et au grand écran, le benjamin de la famille Schneider — un père homme de théâtre, une mère femme d’affaires et mannequin et une fratrie, tous artistes —, s’est pourtant rêvé songwriter l’essentiel de son temps. Rencontré au hasard d’un café, c’est le fascinant et fasciné Jean Leloup qui, le premier, lui permettra l’audace de l’être. Avec lui et ses « Last Assassins », Aliocha matérialisera en studio les ébauches d’un premier gravé — huit maquettes qui lui donneront aussi sa première maison de disques, Audiogram.

-Bernhari-
Nommé au Gala de l’ADISQ et deux fois gagnant du prix Album Indie Rock de l’année au GAMIQ, Bernhari s’est produit sur de nombreuses scènes prestigieuses, notamment à South by Southwest, à Osheaga, aux FrancoFolies de Montréal et au Festival d’été de Québec. Ave Ïle Jésus, l’auteur-compositeur-interprète revient se brûler aux feux de la rampe avec un album sombre, pop et poétique, qui sonne comme un croisement la musique d’un film de David Lynch et du bon vieux glam rock